Menu
DSC_8371b

La mémoire de la filature aux Archives Départementales de la Vienne

Par HELENE BANNIER.

 

Pressentant le trésor d’histoire qu’ils avaient entre leurs mains, les propriétaires de l’ancienne filature de Ligugé ont confié aux Archives Départementales, à l’automne 2014, l’ensemble des documents abandonnés sur le site. Pour la conservation d’une mémoire industrielle.

Abandon des documents

Des centaines de documents jonchaient le site de l’ancienne usine, abandonnée depuis 30 ans. Documents administratifs, plans, feuilles d’heures… Autant d’éclairages sur l’histoire économique et sociale de l’ancienne filature de Ligugé, fleuron de l’industrie dans la Vienne, dont l’activité n’a cessé de 1830 à 1976.

En juin 2014, Denis Meunier, copropriétaire de l’ancienne usine, contacte les Archives Départementales pour soumettre l’idée de faire don de ces documents. Ceux-ci ont souffert. Ces dernières décennies ils ont subi les assauts du climat, de la poussière et des piétinements. Pour Denis Meunier, comme pour les 3 autres propriétaires, il est indispensable de conserver cette mémoire industrielle. L’opération de sauvetage est engagée.

1ère visite des Archives Départementales

Dès sa première visite à la filature, Olivier Banchereau, médiateur aux Archives Départementales de la Vienne, se réjouit d’une telle initiative. « Le fonds ancien n’était plus sur place mais nous avons trouvé de nombreux documents datant des années 1950 aux années 1970, certains pouvaient remonter au début du 20ème siècle. Il n’y avait pas de doute sur leur valeur, d’autant plus que la filature était connue pour l’importance de sa politique sociale » (l’usine comptait en effet une crèche, une épicerie, un médecin, des clubs de sport…). 3 m3 de papier font l’objet d’un premier tri sur place, ce qui permet d’écarter les 1,5m3 les plus dégradés.

Echo et dons de la population

Certains amoureux de l’ancienne friche industrielle, qui avaient récupéré des documents sur le site pendant les années d’abandon, ont eu vent de cette opération de sauvetage et ont contacté Les Usines Nouvelles durant l’automne. Ils voulaient à leur tour céder les archives qu’ils avaient en leur possession afin d’enrichir le fonds qui était en train de se constituer. « On nous a confié une correspondance de 1869, raconte Denis Meunier, un livre de comptes datant de 1918 qui offrira un éclairage sur la gestion des hommes et des heures de travail pendant la 1ère Guerre mondiale. On nous a aussi donné des plans de turbines hydrauliques du 19ème, détaillés au point qu’on pourrait les faire fabriquer. »

 Décontamination des documents

Avant de rejoindre les Archives Départementales à Poitiers, les documents ont dû passer en phase de décontamination. L’opération a été réalisée dans l’atelier de Claude Benoist, restaurateur de documents anciens à Ménigoute (79). Insérés dans un autoclave, ils ont été désinfectés par un gaz puis laissés au repos pendant 3 semaines.

Le futur des archives de la filature

Les documents se trouvent aux Archives Départementales depuis décembre 2014. Ils connaissent maintenant leur 2ème phase de dépoussiérage. Ces prochains mois, ils seront triés et classés par thématiques, pour être ensuite mis à disposition du public mais aussi des chercheurs afin que ceux-ci puissent les faire « parler ».

Le Service de l’Inventaire du Patrimoine de la Région Poitou-Charentes a pour sa part entrepris un travail de numérisation de certains documents, plans et photos. Une opération menée parallèlement au travail de collecte de témoignages d’anciens ouvriers de la filature.

https://inventaire.poitou-charentes.fr/operations/les-memoires-ouvrieres/118-decouvertes/489-une-vie-une-usine-pelotonneuse-a-la-filature-de-liguge

Faire don de documents

Pour les personnes qui souhaiteraient transmettre des documents trouvés sur le site de la filature (originaux ou copies), contactez:

Les Usines Nouvelles / Denis Meunier : 06 28 37 14 25

En savoir plus : le reportage des archives de la vienne