Menu

Le Projet

Valorisation et développement

Notre objectif :

Valoriser le patrimoine industriel et naturel du lieu, dans la mesure des contraintes en vigueur, en lui redonnant sa vocation initiale de lieu de production par l’installation de porteurs de projets, dans les bâtiments restaurés en tant qu’ateliers et bureaux. Les projets accueillis, dans les secteurs de l’environnement, des nouvelles technologies, des énergies renouvelables, des industries créatives, des arts, de la culture, de l’économie sociale et solidaire, se développeront de manière indépendante ou en collaboration, ouvrant ainsi la possibilité de mutualisation d’idées, de moyens, et d’actions.

La mise en forme de ce projet se traduit par la création, sur cette ancienne friche industrielle, d’un TIERS LIEU/ TIERS ESPACE

vue extérieure en ruine

L’impulsion :

L’histoire commence par un attachement profond à ce site abandonné, dans lequel, comme la plupart des poitevins, nous nous sommes émerveillés ou avons réalisé des projets qui avaient besoin de ce genre de  » no man’s land « . L’idée d’une démolition programmée (heureusement hors de prix) était inacceptable, alors que cette usine représente la dernière grande friche industrielle encore debout aux alentours de Poitiers. La mise à terre sauvage des superbes bâtiments type Eiffel du « Parc à fourrage » près de l’Hypogée des Dunes a été un événement dont nous ne voulions pas voir la réédition à la Filature. Il a donc fallu prendre le taureau par les cornes ! Et nous nous sommes lancés le défi d’arriver à sauver ce patrimoine industriel, et d’en faire un lieu qui correspondrait à nos aspirations de vie. Sans le savoir nous travaillions en binôme depuis 2009, chacun de notre côté. Voyant que les choses piétinaient, le propriétaire, un industriel charentais, eu l’idée de nous associer plutôt que de nous mettre en concurrence. Ce choix fut avisé. Car même si nous ne nous connaissions pas, nous avions sensiblement le même projet, et l’évidence du quartet s’est imposée à nous. Après une semaine d’écriture commune, les fondements du projet furent posés. Dés lors, les obstacles, jusque là rédhibitoires, ont été franchis les uns après les autres. Après 2 ans de négociations et de démarches intenses, nous avons pu acquérir le site en février 2012, qui fut reconnu peu après patrimoine industriel remarquable (I.S.M.H.).

La réussite de ce challenge vient de notre différence. Nous avons chacun des compétences spécifiques et complémentaires. Christine Graval dirige un bureau de production dans le domaine artistique et culturel, Cyril Chessé est régisseur spécialisé en son, Franck Courtioux dirige une entreprise de travaux du bâtiment et Denis Meunier est collaborateur d’architecte des Monuments Historiques. En parallèle, notre grand point commun est un investissement très fort dans le milieu associatif et créatif qui nous a forgé une expérience et une envie commune de projets partagés.

04

Nos intentions :

Après 150 ans d’activités (1850/1976), et 30 ans d’abandon (1982/2011), nous rachetons la Filature en 2011, persuadés de la valeur et du potentiel du site, avec comme intentions :

1/ Développer un projet porteur et socialement innovant, économiquement viable, avec les réseaux et partenaires du territoire.

  • Lieu identifié comme Pôle Territorial de Coopération Economique émergent depuis début 2013 (Grand Poitiers)
  • Hôtel d’entreprises et Pépinières de projets : partenariat existant avec le service Economie du Grand Poitiers, la Chambre des Métiers, études en cours.

2/ Accueillir et créer des emplois, directs et indirects dans les secteurs environnementaux, énergétiques, artistiques, culturels, des nouvelles technologies, des industries créatives, et de l’ESS :

  • Un poste de coordinateur de projet, porté par l’association AY128 et occupé par Cyril Chessé, existe depuis mai 2013 (financement FSE et Région Poitou-Charentes jusqu’en juin 2014).
  • Création d’un poste de FabManager courant 2014 (FABLAB = laboratoire de prototypage autour des outils numériques)
  • Une dizaine de structures accueillies en septembre 2014 dans les premiers espaces de Coworking (bureaux, ateliers mutualisés)
  • Préfiguration en cours d’une Coopérative d’Activités et d’Emplois Culture en Région Poitou Charentes (portée par Consortium – Bureau de production )

3/  Animer un lieu dédié à la Création/Formation/Médiation autour des technologies : le FABLAB UNIT, ouverture au printemps 2014. En partenariat avec Le Lieu Multiple/ Espace Mendes France, le CRIJ Poitou Charentes, le réseau des FABLABS régionaux et nationaux, l’école des Beaux-Arts de Poitiers En savoir +

4/ Produire des énergies renouvelables, hydro-électriques et photovoltaïques sur le site (études en cours).

5/ Impulser et animer un espace de médiation autour des énergies renouvelables et du développement durable.

6/ Initier un projet artistique et culturel transdisciplinaire dans et hors les murs : recherche et création, résidences d’artistes, production d’œuvres, diffusion et médiation.

7/ Contribuer à la dynamisation de la zone de l’ile et de l’étang de la Filature via le projet de développement local, touristique et culturel « Avenue de la Plage » : zone de baignade et loisirs, programmation culturelle estivale, parcours pédagogiques. Etudes en cours avec le Syndicat Mixte de l’Etang de la Filature, les villes de Smarves et Ligugé.

8/ Développer le partenariat avec l’association « Les jardins familiaux de la Filature » qui gère une quarantaine de jardins situés route d’Iteuil. En savoir +

9/ Restaurer le site, inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis fin 2011, en respectant les caractéristiques patrimoniales remarquables des bâtiments et en privilégiant des techniques de rénovation éco-responsable.

DSC_7002_72dpi

Tiers Espace et Tiers Lieu:

Nous adhérons aux concepts de Tiers Espace défini par Hugues Bazin,de Tiers Lieu défini par Movilab (www.movilab.eu), et le Réseau des Tiers Lieux Open Sources Francophones (http://www.tilios.fr/).

Qu’est ce qu’un Tiers Espace ?

Qu’est ce qu’un Tiers Lieu ?

« Pour nous, le tiers-lieu est un espace modulaire polymorphe offrant un lieu physique et/ou symbolique à une communauté d’usagers. Il est polymorphe car il peux prendre des formes variées en fonction des besoins d’un territoire et des communautés d’usagers. En ce sens, il n’existe donc pas de tiers-lieu type. » Le tiers-lieu gagne à être envisagé à travers plusieurs prismes interdépendants les uns des autres :

Le prisme sociologique : par nature, le tiers lieu est fait de relations et d’interactions sociales. Il agit comme une fabrique de lien et de capital social, comme carrefour de rencontre, comme espace dans la Cité. Il renvoie à des pratiques culturelles, aux notions de vivre et co-créer ensemble et transcende les projets individuels des uns et des autres pour leur donner une dimension collective.
Le prisme socio-professionnel puisqu’il peut devenir un lieu de référence où des professionnels et des pro-ams de domaines variés peuvent se rencontrer, échanger et travailler
Le prisme économique : lieu de travail, d’échange et de croisement, le tiers-lieu est à considérer comme une fabrique d’innovation. Comme le dit Elena Lasida dans son dernier ouvrage, la création consiste à établir des relations nouvelles entre ce qui est confondu. Nous sommes ici au cœur de la dynamique des tiers-lieux, et cette créativité peut évidemment déboucher sur la création de richesses financière et non financière, et donc sur une valeur économique avérée.
Le prisme culturel : le tiers-lieu est empreint de valeurs d’ouverture, de solidarité, d’échanges et de partages. Loin de se cantonner à la seule sphère du travail, il invite à transformer son usager en acteur co-créateur de sa réalité et de ses projets. Porteur d’une culture proactive, il est aussi lieu de création et d’échanges culturels
Le prisme territorial : véritable centre de ressources pour ses usagers, le tiers-lieu devient également un centre de ressources pour son territoire, qu’il contribue à interroger et à dynamiser. Parce qu’il met ses publics en rôle actif de co-création, le tiers-lieu a tout intérêt à être mis en parallèle avec une dynamique territoriale. »
Par Movilab / www.movilab.eu