Menu
Nongma

Les acteurs des Usines Nouvelles : Nongma KABORE

Bronzerie d’art.

Nongma Kaboré.
Les Usines Nouvelles.
Avenue de la plage
86240 Ligugé
artnongma@yahoo.fr

Burkina France
Nongma Kaboré a appris les techniques ancestrales de la bronzerie d’art dans son pays natal, le Burkina Faso. Il a 16 ans lorsqu’il accompagne par hasard des amis européens dans un atelier de bronzerie de sa ville, Koudougou, troisième ville du pays. « Ce jour-là je me suis dit que c’était un métier qui pouvait m’intéresser. Cet atelier, j’y suis ensuite resté pendant 4 ans comme apprenti. Au début on me faisait faire le b.a.-ba, aller ramasser le crottin d’âne, le mélanger l’argile, piler l’argile, puis on m’a appris la fabrication des personnages en cire, le moulage, l’ensemble du métier » raconte Nongma Kaboré.

A écouter / Les techniques de la bronzerie d’art à la cire perdue expliquées en 2 minutes : https://soundcloud.com/h-l-ne-bannier/nongma-kabore-aux-usines-nouvelles-les-techniques-de-la-bronzerie-dart
Il arrive ensuite en France où il se consacre à une formation en plomberie, un domaine dans lequel il travaille pendant un an avant de s’engager dans l’animation scolaire et la percussion africaine avec l’association Koom Bala. « En 2002 je suis revenu à mes premières amours, la sculpture et le bronze ». En 2013 il rencontre le ferronnier d’art Olivier Monteil et ce dernier propose à Nongma de partager l’atelier qu’il loue aux Usines Nouvelles. Une aubaine pour le bronzier d’art qui recherche justement un nouvel espace pour travailler.

Corps masculin, corps féminin
Avec le bronze, Nongma Kaboré représente des êtres humains, des penseurs et des corps féminins. « Le corps des hommes j’ai tendance à le torturer, si vous regardez les penseurs vous voyez qu’ils ont l’air tristes. Selon moi les hommes sont cruels entre eux, ils pourraient être plus humanistes. Par contre quand je conçois des corps féminins les formes sont joyeuses, je fais soit des danseuses, soit des femmes qui marchent, toujours assez élégantes. Pour moi la femme est plus humaniste que l’homme ! » Nongma Kaboré crée essentiellement des statuettes. Sa plus grande sculpture : un christ de 1,5 mètre de haut, réalisé avec des élèves pour la chapelle du lycée Saint Jacques de Compostelle à Poitiers. 

Expositions / stages
Pour vivre de son art, Nongma Kaboré participe à des expositions temporaires ou place ses œuvres dans divers galeries et magasins d’art et décoration, à Saint Trojan dans l’île d’Oléron, à Rochefort, au village des métiers d’art en troglo de Turquant (49) ou au Musée d’art of Africa de Crotelles (37). Il organise également des stages de bronze à la cire perdue chaque été dans la Drôme. L’idée étant d’en proposer un au printemps prochain aux Usines Nouvelles à Ligugé.